LE CAMP d'AGDE


LE CAMP D'AGDE

Lieux de mémoire incontournable de l’histoire de la ville au XXe siècle, le monument du camp d’Agde se tient aujourd’hui à l'intersection de la route des 7 Fonts et de la rue Jean Moulin, près du collège René Cassin. Inauguré en 1989, il marque symboliquement l'entrée du camp et rend hommage à toutes les nationalités qui y vécurent.

L’armée décida la création du camp en 1939, pour faire face à l’arrivée massive des réfugiés de la Retirada. Les premiers Espagnols arrivèrent à Agde le 28 février. Au mois de mai ils étaient 25 000 dans des baraques de bois, sur un terrain de 30 hectares. En septembre 1939, seuls quelques Espagnols restaient au camp avant l’arrivée de  Tchécoslovaques. Suite aux accords de Munich, une partie de cette armée en exil s’installa à Agde afin de préparer les combats futurs aux côtés des Alliés. A la fin du mois de mai 1940, le camp d’Agde était désigné comme lieu d’accueil des jeunes appelés belges (CRAB). Dès la fin juin, ils étaient rejoints par un détachement de soldats nord africains. En septembre 1940, la Première Légion des travailleurs indochinois (Tonkin, Annam et Cochinchine) s’installa au camp n°1. Depuis la déclaration de guerre, des étrangers issus de nombreuses nationalités, intégrés dans les groupements de travailleurs étaient également assignés à résidence au camp.

Page la plus sombre du camp : l’internement de familles juives à la fin de l’année 1940 et début 1941. Ces dernières quittèrent ensuite Agde pour d’autres camps. Mais en août 1942, c’est au camp d’Agde que furent rassemblés les Juifs raflés dans le département. Ils étaient nombreux depuis 1940 à avoir trouvé refuge en ville. Parmi les courageux Agathois leur étant venus en aide, huit ont reçu la médaille des justes. Le camp avait quasiment cessé de fonctionner à l’arrivée des Allemands, en novembre 1942. Après le départ de l’occupant, il ne resta plus sur son emplacement que les allées de pouzzolane bien vite recouvertes par des lotissements, mais le souvenir des populations qui y vécurent devait perdurer.

Depuis 2009, les Archives d’Agde poursuivent leur travail de collecte de documents et de témoignages sur l’histoire du camp et de la Seconde Guerre mondiale, en collaboration avec les collectionneurs Georges Cléophas et Jo Vilamosa, et l’Association pour la mémoire du camp d’Agde (AMCA). L’exposition « Les Républicains espagnols au camp d’Agde », présentée dans les établissements scolaires, contribue à la connaissance du camp par les jeunes générations.

Agde 1939-1942. Un camp aux portes de la ville

 

En février 1939, Agde compte 9 000 habitants quand l’armée décide de construire à ses portes un camp destiné à l’accueil de 25 000 républicains espagnols. Ces derniers sont remplacés à la déclaration de guerre par les soldats de l’armée tchécoslovaque, rejoints un an plus tard par des travailleurs indochinois. En mai-juin 1940, la ville accueille un grand nombre de réfugiés français mais aussi Belges, Polonais, Tchécoslovaques parmi lesquels des Juifs, dont nombre seront internés au camp.

Après la bataille de France la ville pleure ses soldats morts au front tandis que l’inquiétude grandit pour ceux qui sont désormais prisonniers en Allemagne. A l’hôtel de ville, le régime du maréchal Pétain imprime sa marque, le maire est maintenu, le conseil municipal modifié, tandis que les conditions de vie des Agathois se durcissent. Au moment de la rafle d’août 1942, le camp d’Agde est le lieu de regroupement des Israélites de l’Hérault. Pendant ses jours douloureux, Sabine Zlatin est présente et obtient la libération d’une centaine d’enfants juifs.